Beautiful girl, Buzz, Mon programme minceur

Vous prendrez bien un peu de Vitamine D ?!

Aujourd’hui, focus sur la vitamine D ! En rentrant de Normandie, j’ai pensé à ce sujet puisque j’ai lu que la durée d’ensoleillement depuis le début du mois de janvier 2018 sur Rouen est de seulement « dix heures contre une moyenne de 59 heures sur un mois de janvier classique » selon Météo France. 2018 pourrait bien être une année record. Il faut remonter à 2014, pour retrouver un mois de janvier sous les nuages avec une durée limitée d’ensoleillement. Les prévisionnistes avaient enregistrés 24 heures de soleil seulement. Du coup, niveau vitamine D, c’est raté ! Celle-ci, connue sous le nom de « vitamine antirachitique » ou « vitamine soleil », est indispensable à l’organisme. Ce composé est entre autres utile pour l’édification de la masse osseuse ou encore pour soutenir le système immunitaire.  La vitamine D existe sous une douzaine de formes, dont les plus connues et les seules présentes chez l’homme sont les vitamines D2 et D3. Ces dernières sont liposolubles, c’est-à-dire solubles dans les lipides, altérées par la lumière et sensibles à l’oxydation. Cependant, à la différence de la vitamine D2 qui provient des végétaux, la vitamine D3, ou cholécalciférol, est d’origine animale. Les poissons comme le saumon, le thon et la truite, mais aussi la morue, en contiennent, tout comme le lait et ses dérivés. L’organisme aussi est en mesure d’en fabriquer par l’action des rayons ultraviolets du soleil sur la peau, d’où son autre appellation de « vitamine soleil ». Le composé ainsi formé passe dans le sang et est finalement transformé dans sa forme active après un passage dans le foie et les reins. Le cholécalciférol est par ailleurs plus efficace que la vitamine D2.

★ Quels sont les bienfaits de la vitamine D3 ? 

Au niveau des os
Le cholécalciférol est indispensable pour la santé des os. Il favorise l’absorption du calcium par l’organisme et participe à l’édification de la structure osseuse à partir de ce minéral. Ainsi, une carence en vitamine D3 entraîne une fragilisation des os et peut aboutir à l’ostéoporose et à l’ostéomalacie chez les adultes. Chez les enfants, ce manque cause le rachitisme, lequel se manifeste généralement par des membres incurvés et la présence de bourrelets sur les chevilles et les poignets.

Au niveau du système immunitaire
Cette substance renforce le système immunitaire en régulant les lymphocytes T et en augmentant l’action destructrice des cellules macrophages. Cette action de la vitamine D3 est plus importante au niveau du système respiratoire puisqu’elle stimule l’action antimicrobienne des cellules immunitaires et réduit ainsi les risques d’infection dans les poumons. Ce composé permet aussi de limiter la progression de maladies auto-immunes et atténue également l’expression excessive des facteurs inflammatoires. Ce dernier point est bénéfique dans le cas d’insuffisance cardiaque qui pourrait être due à une production importante de cytokine pro-inflammatoire1.

Elle prévient les conséquences néfastes et les causes des chutes chez les personnes âgées
Les chutes sont très fréquentes et souvent graves chez les personnes âgées. Cela est notamment dû à une faiblesse musculaire qui porte surtout sur des fibres musculaires entrant dans le maintien de l’équilibre. Des études ont permis d’établir que les individus présentant un taux sanguin plus élevé en vitamine D tombaient moins souvent et qu’une supplémentation en vitamine chez les sujets carencés limitait les risques de chute, tout en améliorant la mobilité et la force musculaire2.

Elle réduirait les risques de cancers
Des études permettent d’avancer que des individus vivant dans les régions ensoleillées ont moins de risques de présenter des cancers. Des résultats positifs portent surtout sur des cas de cancer du côlon, de la prostate, du sein et des ovaires. Les études menées sur les cancers du côlon et du sein indiquent que l’effet protecteur de la vitamine D3 agit à partir de concentrations sanguines de 24 à 32 ng/ml3. Pour le cas d’un cancer de la prostate, des études ont permis d’établir que la forme active de la vitamine D permet une meilleure différenciation des cellulaires saines et stoppe la prolifération des cellules cancéreuses4.

Elle préviendrait le diabète
Une supplémentation en vitamine D3 chez les personnes âgées qui présentent une glycémie instable pourrait prévenir l’apparition du diabète5. Le cholécalciférol ralentirait la perte de sensibilité à l’insuline chez les personnes qui présentent des signes avant-coureurs de la maladie.

★ Quel est l’apport journalier conseillé ?

L’Agence française de sécurité sanitaire recommande un apport journalier de 200 UI pour un adulte en bonne santé qui bénéficie d’une exposition modérée au soleil. Ainsi, une absence totale d’exposition entraîne un manque et le recours à une supplémentation devient indispensable. Ce chiffre tend à augmenter chez les personnes âgées et varie ainsi entre 400 et 600 UI. Pour la femme enceinte ou allaitante, l’apport conseillé est de 400 UI par jour. Toutefois, beaucoup de chercheurs estiment que cet apport est insuffisant pour couvrir les besoins et recommandent un apport de 1 000 UI par jour, voire le double, sans qu’il y ait à craindre des effets secondaires. En effet, même avec une dose quotidienne de 10 000 UI, aucun risque n’a été constaté6.

★ Dans quels cas une supplémentation est-elle nécessaire ?

En cas de faible exposition au soleil
L’exposition au soleil fournit jusqu’à 90 % de la vitamine D utile à l’organisme. Toutefois, certains facteurs comme la latitude et l’usage de crème solaire peuvent rendre inefficace le rayonnement solaire. La couleur de la peau a aussi une incidence sur la synthèse de ce composé. Les personnes à la peau foncée doivent s’exposer plus longtemps au soleil pour obtenir une assimilation suffisante pour l’organisme.

Chez les nourrissons nourris au lait maternel
Le lait maternel étant pauvre en vitamine D, les pédiatres recommandent un apport supplémentaire pour couvrir les besoins d’un nourrisson uniquement alimenté au sein afin de soutenir son développement osseux et de diminuer les risques de rachitisme.

Chez les personnes en surpoids
Les personnes en surpoids ou souffrant d’obésité présentent généralement un manque en vitamine D. En effet, ce composé est stocké dans les cellules graisseuses et quand la graisse accumulée est trop importante, elle empêche la vitamine D d’être assimilée dans le sang.

Durant la grossesse
Des études suggèrent une supplémentation de vitamine D chez la femme enceinte. Administré seul, sans le calcium, ce composé diminuerait les risques d’un accouchement prématuré et réduirait la pression artérielle élevée chez la mère.

★ Comment procéder pour optimiser une supplémentation ?

Avec la vitamine D, D2 ou D3, un apport journalier en comprimé n’est pas nécessaire. Il est tout à fait possible de prendre une dose hebdomadaire, mensuelle ou bimestrielle, à condition que ce soit un supplément liquide. D’un côté, cette forme garantit un apport bien quantifié, à l’opposé des comprimés et des capsules. En effet, ces derniers n’apportent pas un dosage suffisant puisqu’une partie de la vitamine est rapidement éliminée dans les selles7. Par ailleurs, il convient d’opter pour un supplément qui contient uniquement de la vitamine D.

★ Quels sont les risques d’un surdosage ?

Un excès en vitamine D peut augmenter le taux de calcium dans le sang (hypercalcémie) et dans l’urine (hypercalciurie), des calculs rénaux et un dépôt de calcium dans les reins (néphrocalcinose). Ces cas étaient surtout constatés à la fin de la Seconde Guerre mondiale chez les enfants qui prenaient une supplémentation en vitamine D pour lutter contre le rachitisme.

 Je sais maintenant ce qu’il me reste à faire lorsque je serais installée sur la région normande … repartir souvent sur la Côte d’Azur ! Hahaha !! …

Vous en prenez déjà vous de la vitamine D ou vous découvrez la supplémentation ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *