Non classé

Un geste pour les salariés des chantiers GAMELIN

En cette période de crise, une histoire m’a particulièrement touchée.

Joël Gamelin, patron des chantiers navals éponymes, s’est suicidé le 23 décembre faute d’avoir pu redresser son entreprise. Selon Fanny Gamelin, sa fille, interrogée sur Europe 1, son père n’aurait pas supporté que son dernier appel aux banques soit resté sans réponse. C’est pourquoi Fanny  a décidé de faire appel à la solidarité sur internet afin de payer les salariés et tenter de sauver ses emplois et l’entreprise familiale. Si 200 000 personnes font un don d’1€ symbolique, les salaires pourront être versés à 120 familles, pour vivre pour le mois prochain.

Je fais donc appel à votre solidarité : juste un euro ce sera déjà très bien.

Pour cela, vous pouvez faire votre don par chèque ou via Paypal   sur le site :

http://www.soutien-chantiers-gamelin.com/

à la rubrique “Faire un don”.

Et biensûr je vous invite à en parler le plus possible autour de vous (blogs, mails, sms …).

Un groupe Facebook a été créé.

Je m’appelle Gamelin Fanny, je suis l’ainée de deux soeurs et notre père Joël Gamelin s’est suicidé le 23 décembre (la veille de noël).
C’était un chef d’entreprise respecté sur La Rochelle (17). (voir le Sud Ouest, taper Joël Gamelin dans Google)
Il s’est donné la mort dans le bureau de son entreprise.
Derrière lui, il laisse Les Chantiers GAMELIN, un chantier de construction naval.
Ce mois-ci, 120 personnes on perdu leur chef d’entreprise, mais n’auront pas de salaires.
Nous sommes en période de fêtes, et les gens ont dépensés un peu plus que d’habitude.
La conjoncture que l’on traverse, ne va pas être favorable à ces 120 familles.
Si 200 000 personnes font un don d’1€ symbolique, les salaires pourront être versés à 120 familles, pour vivre pour le mois prochain.
J’en appelle à la solidarité française pour aider les 120 employés des Chantiers GAMELIN à recevoir leur paye.
TOUS ENSEMBLE, NOUS POUVONS PERMETTRE A DES GENS DE SURVIVRE.
Et permettra à mon père qui s’est suicidé, de trouver le repos. Car, mon père n’était pas un homme lâche. Il était fort, droit, respectueux.
Et durant son enfance, il vivait avec 6 frères, son père travaillait au silo et avait un autre emploi pour permettre à sa femme et ses 7 enfants de vivre.
Mon père n’avait tout comme ses frères, qu’un linge pour chaque saison.
Aujourd’hui, il est mort, parce qu’il n’a pas supporté le fait de laisser 120 emplois sans salaire. Chaque travail mérite salaire, surtout en période de crise.
Je vous demande donc si vous avez une pensée de solidarité en ces temps, où si vous connaissiez Joël GAMELIN, un geste de solidarité. Mon père était quelqu’un de bien, ses derniers mots étaient « PARDONNEZ-MOI DE NE PAS AVOIR PU SAUVER L’ENTREPRISE
».

6 thoughts on “Un geste pour les salariés des chantiers GAMELIN

  1. Magnifique innitiative à toi, Bravo :-)

    Sinon, je suis de retour, alors je te souhaite tous mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année !
    Que 2009 soit pour toi une belle et grande année, une année magique !!!

    Je voulais aussi te dire que même si je ne comment pas très souvent, je suis toujours ton blog et l’adore vraiment ;-)
    Moi je viens de tout refaire le mien (quel boulot de dingue!!!) et je t’ai bien sûr mis dans mes blogs chouchous dans les liens et aussi sur la blogroll de l’accueil ;-)
    http://blog.evolutionpartner.com/
    J’espère que ce nouveau design te plaira :-)

    Et promis en 2009, j’essaierais de plus commenter !!!

    Gros bisous à toi,
    Nathalie

  2. Il est encore possible de sauver le chantier Gamelin mais il ne faut pas perdre de temps.

    Je viens d’envoyer une lettre à François Fillon pour lui proposer d’étudier la possibilité de commander, pour le Service de Santé des Armées, un voilier du type « Lord Nelson », destiné aux handicapés, sur le chantier Gamelin.

    Ce courrier est disponible sur Euroclippers France :

    http://euroclippers.typepad.fr/

    L’investissement, réalisé par la Défense, serait de 17 millions d’euros et suffisant pour assurer la survie de l’entreprise.

    Jean-Charles Duboc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *